Loi relative à la Sécurité globale : pourquoi j’ai voté pour

Je sais que cette loi a beaucoup fait débat. Néanmoins, comme ancien Maire, je sais l’importance capitale d’une relations efficace et quotidienne entre les forces de l’ordre (police nationale ou gendarmerie) et les polices municipales. Cette proposition de loi a été préparée pendant 2 ans par mes collègues Députés Alice Thourot et Jean-Michel Fauvergue, après avoir fait un rapport parlementaire sur le continuum de sécurité.

Cette proposition de loi permet donc d’assurer une meilleure protection de nos forces de l’ordre qui méritent tout notre reconnaissance et notre soutien, la montée en compétences des polices municipales confortées en tant qu’acteur de la sécurité de proximité et la structuration du secteur de la sécurité privée (accessoirement, cette loi a autorisé aussi la création d’une police municipale à Paris).

Alors, il y a le fameux article 24. Ce que je sais, et je vous invite à lire le texte que nous avons voté (et que j’ai personnellement voté) à l’Assemblée nationale dans ses différentes versions, c’est que la loi pénale est toujours d’interprétation stricte et que dans cet article 24 (la version initiale comme la version finale), rien n’empêche qui que ce soit de filmer et de rendre public l’action des policiers et des gendarmes tant que cette diffusion n’est pas accompagnée des éléments d’identification personnelles et que des menaces ne sont pas proférées. Aujourd’hui, la discussion parlementaire est en cours : l’Assemblée nationale a adopté un texte qui est transmis au Sénat qui pourra le modifier avant que les Députés n’en rediscutent une seconde fois. Le débat se poursuit, la démocratie est à l’œuvre.

Retrouvez le dossier législatif ici