Démission de Nicolas Hulot : le choix d’un homme

Comme beaucoup, j’ai appris la décision de Nicolas Hulot de démissionner du gouvernement. Cette décision, personnelle et intime, lui appartient.

Pour autant, le bilan d’une année du Ministre et de notre majorité, n’est pas négligeable. L’arrêt du projet de Notre dame des Landes, la fin de l’exploitation des hydrocarbures, l’arrêt des centrales à charbon d’ici 2022, le grand plan sur l’économie circulaire, le plan biodiversité, l’interdiction du glyphosate dans 3 ans avec la mise en place de solutions alternatives, l’augmentation de la taxe carbone, l’augmentation de la taxe générale sur les activités polluantes en 2019, l’obligation de 50 % de nourriture bio dans les cantines, toutes ces décisions et bien d’autres sont à mettre au crédit de notre majorité qui a su prendre la mesure de l’œuvre à accomplir.

Cette œuvre est collective. L’acceptabilité des mesures prises et à prendre sont la condition essentielle de leur succès. C’est pour cela que notre action doit reposer sur l’acceptation de tous des efforts à fournir et du changement de modèle qu’implique les défis de la transition écologique.

Comme l’ensemble de mes collègues parlementaires, je reste plus que jamais déterminée à faire réussir la transformation de la France, y compris bien sûr la transformation écologique.